Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Communiqués de presse

Contre-minage aux abords des côtes corses - 16 août 2016

25/08/2016

Dans la journée du 2 août 2016, la Préfecture maritime de la Méditerranée est informée qu’un « inventeur » aurait découvert deux probables obus aux abords du rocher de la Vacca à Porto-Vecchio (Corse du Sud). Le 3 août 2016, une nouvelle information lui indique qu’un autre engin s’apparentant à une mine anti-char est également repéré par quelques mètres de fond à proximité de la Plage de Miomo (Haute-Corse).

Sur ordre du Préfet maritime de la Méditerranée, une équipe du Groupement de Plongeurs Démineurs de la Méditerranée (GPD Med - Marine nationale) est dépêchée le 4 août 2016 au matin sur les deux découvertes signalées afin de confirmer la nature, la position des engins et la suite à donner.

Arrivée sur la plage de Miomo, l’équipe du GPD Med constate que l’objet suspect est en réalité un tambour de frein qui ne présente aucun danger pour les populations.

Le GPD Med poursuit son intervention en se rendant sur la zone du rocher de la Vacca, accompagné de la gendarmerie de Porto Vecchio, conformément aux procédures de sécurité en vigueur. Les gendarmes, présents pour sécuriser la zone, demandent à l’embarcation de plaisance et au support de plongée du club « Dolfinu Biancu » de s’éloigner du secteur de recherche. Après relocalisation et investigation, le chef de mission annonce à la Préfecture maritime de la Méditerranée la présence confirmée de deux obus de 194 mm. Enrochées dans des fonds de 10m, ces munitions sont considérées comme dangereuses par le chef de mission, les obus en très mauvais état, présentant de fortes concrétions les rendant impossible à déplacer.

Considérant le risque pour la vie humaine dans cette zone fréquentée par de nombreux plongeurs amateurs, la Préfecture maritime de la Méditerranée donne l’autorisation au chef de mission d’intervenir pour faire cesser immédiatement tout danger.

Dès lors, les mesures réglementaires et habituelles d’alerte et de mise en garde, relayées par le sémaphore de la Chiappa, sont mises en œuvre afin d’informer les professionnels de la mer, les plaisanciers, clubs de plongée et pratiquants de loisirs nautiques de l’imminence d’une opération de contre-minage.

Après avoir vérifié l’absence d’occupants dans le secteur déclaré dangereux et effectué de multiples mesures d’effarouchement destinées à faire fuir la faune sous-marine, le chef de mission a procédé à la destruction des deux munitions dangereuses en employant une charge minimale afin de limiter l’impact sur l’environnement, conformément aux procédures internes de la Marine nationale en vigueur depuis le 22 octobre 2015* en Méditerranée, désormais classiques.

Lors de la plongée de vérification post-destruction, les plongeurs démineurs constatent un impact réduit sur la faune et la roche. Toutefois, leur intervention a laissé apparaître de nouveaux obus clairement identifiés. Le nombre important d’obus découverts ne permettant pas un contre-minage immédiat, un chantier spécifique devra être planifiée ultérieurement. Dans l’attente, afin de sécuriser les activités subaquatiques et nautiques sur l’emplacement précis, un arrêté préfectoral réglementant la navigation, le mouillage et la plongée sous-marine au large de Porto-Vecchio (arrêté préfectoral n°189/2016) est alors émis et est consultable sur le site www.premar-mediterranee.gouv.frAfin de ne pas pénaliser outre mesure les usagers de la mer et en particulier les amateurs de plongée sous-marine sur le site de la Vacca, l’arrêté préfectoral ne concerne qu’une partie limitée du site (50 mètres autour de la zone de concentration d’obus).

La préfecture maritime de Méditerranée et le CROSS Méditerranée en Corse sont mobilisés en permanence, en particulier durant la période estivale, pour prévenir les événements de mer. Les nombreux accidents récents sur le littoral Corse depuis le début du mois d’août 2016 (décès d’un baigneur au large de la Pointe Saint-François près de Calvi, évacuation d’une vedette à passagers dans le Golfe de Porto, collision entre deux embarcations au large de Taverne, décès d’un plongeur à la suite d’un choc avec un semi-rigide dans le golfe de Santa Manza…) doivent inciter les différents usagers de la mer, dont les clubs de plongée de loisir, à la plus grande prudence et aux respects de la réglementation en vigueur.

 

Pour rappel :

-        Le Préfet maritime est le représentant de l’Etat en mer. Il est délégué du gouvernement et représentant direct du Premier ministre et de chacun des membres du gouvernement. Investi du pouvoir de police générale, il a autorité dans tous les domaines où s’exerce l’action de l’Etat en mer (AEM). Par nature interministérielle et coordonnée au niveau central par le secrétariat général de la mer, l’AEM vise à garantir la protection des intérêts nationaux, la sauvegarde des personnes et des biens, la lutte contre les activités illicites et la protection de l’environnement.

-        Afin d’éviter les interférences avec les nombreuses activités de loisirs nautiques se déroulant en période estivale, les explosions sous-marines sont interdites à moins de 20 nautiques des côtes du 15 juin au 15 septembre, sauf dérogation accordée au cas par cas par le Préfet maritime.

 

-        Les plongeurs démineurs de la Marine nationale traitent des munitions conventionnelles (mines, bombes, obus..) comme des engins explosifs improvisés (colis piégés), en milieu terrestre et aquatique. Dans le cadre des missions de service public et du maintien en condition opérationnelle des bâtiments de la marine nationale, ils mènent des missions d’expertise, d’évaluation et d’interventions sous-marines. En 2015, en Méditerranée, le GPD et les Chasseurs de Mines Tripartites ont procédé à la destruction de près de 440 munitions et obus, soit près de 8.900 kg équivalent TNT. Dans le détail de ces opérations, le groupement des plongeurs démineurs de la Méditerranée a « traité » 340 engins explosifs en 2015, ce qui représente près de 2.400 kg de matière explosive active détruite. Sur la même période, les chasseurs de mines tripartites basés à Toulon (CMT Capricorne, Lyre et Orion) ont procédé à la neutralisation de 100 engins explosifs, principalement des obus historiques, représentant environ 6.500 kg équivalent TNT. Plus de 200 munitions pour un équivalent de 3000 kg de TNT (explosif de référence) ont été neutralisées depuis le début du mois de janvier 2016 par le GPD MED (Groupement de Plongeurs Démineurs de la Méditerranée) et les CMT (Chasseurs de mines Tripartites) de la Marine nationale.

 

*Conformément aux directives PELAGOS, les mesures d’effarouchement règlementaires sont systématiquement effectuées au préalable de tout contre-minage : un pétard de rappel ou grenade à plâtre est lancée toutes les 15 minutes une heure avant le contre-minage. Une veille visuelle des cétacés est par ailleurs effectuée.