Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

Bilan 2007 du CROSS Med

10/02/2008
Bilan 2007 du CROSS Med

UNE ACTIVITE EN AUGMENTATION

On constate une augmentation de 1,87 (5,4 en Corse) du nombre global d'opérations (2783) par rapport à 2006 (2732), ainsi qu’une augmentation du nombre de personnes impliquées de 4,18 et des personnes secourues de +3,17 .

L'augmentation des opérations se maintient donc, confirmant ainsi la charge supportée par le CROSS MED, notamment lors de la saison estivale| qui représente plus de la moitié des opérations de l'année. On constate cependant que le CROSS MED coordonne de plus en plus d'opérations de recherche et de sauvetage lourdes en dehors de la saison estivale. La réduction du temps de travail et les week-ends prolongés du mois de mai notamment, sont à l'origine d'un afflux de plaisanciers. Les bulletins météorologiques spéciaux ont été nombreux cette année (18 026 contre 13 956 en 2006). Le vent est le principal facteur de risque pour les plaisanciers et les pratiquants des loisirs nautiques, particulièrement en Méditerranée où les vents dominants portent au large.

DES CONSOMMATEURS ASSISTES

La Méditerranée se caractérise par l’importance de la navigation de plaisance au moteur et la pratique des loisirs nautiques. La population de plaisanciers «consommatrice de secours», souvent ignorante des choses de la mer, inexpérimentée et peu autonome, est à l’origine de nombreuses opérations de sauvetage et développe une certaine forme d’assistanat. 90 des flotteurs impliquées dans des opérations de sauvetages concernent des navires de plaisance. Les opérations d’assistance sont le plus souvent déclenchées en vue de prévenir un danger prévisible : 1056 assistances techniques à des navires en avarie de propulsion ou en panne de carburant, soit 38 des opérations coordonnées par le CROSS MED.

UN BILAN HUMAIN QUI S’AGGRAVE

Le bilan humain est bien plus lourd que celui de l’année précédente avec 51 morts et disparus, contre 41. En effet, on déplore en 2007, 36 personnes décédées et 15 personnes disparues, soit 4 décédés et 6 disparus supplémentaires. Après une stabilisation en 2005 et 2006, le bilan humain s'aggrave en 2007. La majorité des décès et disparitions est enregistrée dans les sports sous marins et la baignade, à l’origine avec la plaisance légère de 50 à 75 des morts ou disparus. Le bilan humain pour la plongée autonome est en augmentation (7 morts et disparus en 2006 et 10 en 2007). Celui relatif à l'activité de chasse sous-marine et apnée est stable (5 morts et disparus). Les chutes à la mer ont donné lieu à 9 décès ou disparitions en 2007 contre 5 en 2006. Des dispositifs importants ont été mis en place notamment pour les 3 membres d 'une même famille disparus en mer en septembre 2007 et 5 militaires de la Légion étrangère en octobre 2007. Un aéronef s’est abîmé en mer sur le secteur de Bonifacio en février 2007 et le champion du monde d'apnée Loïck Leferme est décédé en avril 2007.

TOUJOURS TROP DE FAUSSES ALERTES

Le nombre de fausses alertes est en légère augmentation (597 contre 587), pour la plupart le fait d'inquiétudes (185) et de tirs de signaux pyrotechniques (111). Ces événements ont néanmoins nécessité l’engagement systématique de moyens de l’Etat et/ou de la SNSM. Le nombre de déclenchements intempestifs de balises de détresse SARSAT COSPAS est en diminution (83 contre 108) ; le taux de fausses alertes relatives aux balises de type 121.5 Mhz, a diminué contrairement à celui des balises de type 406 Mhz. Le taux de fausses alertes concernant les tirs de signaux pyrotechniques a augmenté également. Le CROSS MED est parfois victime de canulars téléphoniques qui nécessitent cependant l’envoi de moyens de secours nécessaires aux vérifications d’usage.