Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

BILAN ANNUEL DU CROSS MEDITERRANEE (2013)

04/04/2014
BILAN ANNUEL DU CROSS MEDITERRANEE (2013)

Le bilan annuel du CROSS (centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) Méditerranée est en ligne sur le site Internet de la Préfecture maritime.

Ce bilan comporte de nombreuses données opérationnelles et chiffrées sur la recherche et le sauvetage en mer ainsi que sur la surveillance de la navigation, des pollutions et des pêches dans la zone de responsabilité du CROSS Méditerranée.

Il met en perspective plusieurs points saillants : 

  • L’augmentation du nombre d’opérations de recherche et de sauvetage (3031 en 2013 contre 2917 en 2012) avec les deux tiers de ces dernières concentrées dans la période de juin à septembre ;
  • La forte proportion prise par la plaisance (70 %) contre 18,5 % pour les loisirs nautiques, 6,0 % pour le commerce (dont navires à passagers et supports plongée), 1,7 % pour la pêche professionnelle, 0,3 % pour les navires d'Etat, 0,2 % pour les aéronefs et 3,3 % pour des raisons indéterminées (fausses alertes et incertitudes ne pouvant être rattachées à une activité identifiée) ;
  • L’implication d’un grand nombre de personne impliquées (15394) dont 1530 secourues, 4710 assistées et 8647 « tirées d'affaire seules » (pour la plupart des passagers et membres d'équipages de navires à passagers) ;
  • Un nombre de décès (45) et de disparitions (4) encore trop élevé dont 14 baigneurs (1 heurté par l'hélice de son navire), 11 plaisanciers (4 hommes à la mer, 2 dans collision, 1 blessée par l'hélice), 9 plongeurs sous-marins bouteille (dont 1 pêcheur corailleur professionnel et 1 heurté par l’hélice de son support de plongée) 05 chasseurs sous-marins, 1 marin pêcheur professionnel (chute à la mer), 4 pratiquants de loisirs nautiques (1 véliplanchiste, 1 chavirement dériveur,), 1 skieur nautique heurté par hélice, 1 chute de pirogue polynésienne), 2 passagers de paquebot/ferry (chute à la mer accidentelle ou volontaire), 1 pilote d'aéronef, 1 pêcheur à pied, 1 promeneur victime d'un accident cardiaque dans les rochers ;
  • La découverte de 8 corps, 2 corps correspondant à des disparus de la fin de l'année 2012 et 6 corps découverts sans lien avec une activité nautique ;

Ce bilan fait également ressortir un engagement significatif des moyens d’assistance et de sauvetage :

- 1751 concours de moyens terrestres (contre 1693 en 2012) dont 709 moyens des services départementaux d'incendie et de secours (essentiellement des véhicules de secours et d'assistance à victimes type VSAV), 658 par structures médicales (notamment des consultations médicales et projections d'équipes SMUR) ;

- 2796 interventions de moyen nautiques (contre 2726 en 2013) dont 1256 par la SNSM (société nationale de sauvetage en mer) soit 45% en volume de moyens et 49% en temps d'intervention, et 662 par les « navires sur zone » (24% en volume de moyens – 17% en temps d'intervention) ;

- 299 interventions de moyens aériens (contre 322 en 2012) dont 119 missions d'hélicoptères de la Sécurité Civile et 95 missions d'aéronefs de la Marine Nationale (81 hélicoptères et 14 avions). 

Dans le domaine des pollutions, ce bilan fait état de 188 pollutions reportées (contre 185 en 2012) dont 40% ont été confirmées, 46 % étant infirmées ou douteuses. 56 % de ces pollutions ont été localisées en zone côtière (moins de 12 nautiques soit 22 km des côtes) et 60 % ont pour origine un hydrocarbure. 31 % des reports ont été réalisés par moyens aériens, 36 % par détection satellitaire.

Aucun cas de flagrant délit de rejet illicite dans les eaux françaises n'a été constaté en 2013.

Pour mémoire, le CROSS Méditerranée est un centre spécialisé du ministère délégué auprès du ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), chargé des transports. Ce centre opérationnel relève de la direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM) dont le siège est à Marseille. Armé au total par 66 personnes, officiers, officiers mariniers et agents civils, il est composé des centres de La Garde (Toulon) et d'Aspretto (Ajaccio).

Le CROSSMED conduit, dans les limites de sa zone de responsabilité (SRR), les missions de recherche et sauvetage des personnes en détresse (mission SECMAR) et de surveillance de la navigation (mission SURNAV) sous l'autorité opérationnelle du préfet maritime de la Méditerranée. Sous cette même autorité, en liaison avec le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Marseille, il assure le recueil et l’exploitation des informations relatives aux pollutions constatées en mer et participe à la recherche des navires auteurs de rejets illicites (mission SURPOL) dans la zone économique exclusive (ZEE), créée par décret du 12 octobre 2012 en substitution à la zone de protection écologique. Il assure en outre la diffusion de renseignements de sécurité maritime.

Le centre principal (CROSSMED La Garde) a compétence sur l’ensemble de la zone de responsabilité (Région Recherche et Sauvetage - SRR) confiée à la France en Méditerranée. Cette zone, qui s'étend sur 115 000 km² :

• est délimitée, au Nord, par la côte française de la frontière espagnole à la frontière italienne ;

• englobe, à l’Est, la Corse ;

• s'étend, au Sud, jusqu'au parallèle 39° N en excluant les îles Baléares et la Sardaigne.

Le centre secondaire d’Aspretto (« CROSSMED en Corse ») conduit, pendant ses créneaux horaires d'activation (07h30/21h00 de septembre à juin inclus, -  07h30/23h00 en juillet et août) la totalité des missions sur le littoral de la région Corse jusqu’à 20 milles nautiques au large (et ponctuellement plus au large), à l'exception de la côte orientale de l'île (limite SRR). Il peut être réactivé la nuit à l'initiative de l'officier de permanence/coordonnateur de mission de sauvetage du centre principal.

Pour accéder au dossier complet, bien vouloir cliquer sur "télécharger" ci-dessous.