Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

Dépollution pyrotechnique d'une épave au large de la Corse

02/07/2013
Voir le diaporama Dépollution pyrotechnique d'une épave au large de la Corse

La sécurité des approches maritimes est une des missions dont le préfet maritime est responsable. A travers ce terme générique, on retrouve également le traitement des engins historiques immergées en Méditerranée.

Ainsi, l'opération que les plongeurs du groupement des plongeurs démineurs de la Marine nationale en Méditerranée (GPD MED) et le bâtiment Pluton ont conduit du 10 au 22 juin, est par bien des aspects hors du commun. C’est dans la baie de la Rondinara au sud-est de la Corse (au nord des bouches de Bonifacio) que les spécialistes du contre-minage sous-marin de la marine nationale ont opéré sur une épave qui gisait à 53 mètres de profondeur. Le bâtiment concerné a sauté sur une mine au cours de la seconde guerre mondiale alors qu’il transportait des munitions italiennes. L’épave est constituée de deux morceaux ; l’avant considéré après expertise  comme « inerte » et l’arrière où se situaient les soutes à munitions. Cette épave représentait un chantier permanent depuis quelques années et demeurait une zone interdite à la plongée civile depuis sa découverte.

La veille du début de l’opération, le GPD avait mené au préalable une mission de contre minage à 75 mètres de profondeur pour traiter le flotteur d’une mine à Orin, trouvé par un chasseur de mines, à proximité de la baie de la Rondinara. Cette plongée à risque conduite en collaboration avec la gendarmerie maritime a été un succès.

Jusqu’à 25 mètres de profondeur les opérations ne posent pas de difficultés notables, or dans le cas de cette épave à 53 mètres de fond il fallait prévoir un dispositif adéquat.
L’équipe était composée de 12 plongeurs démineurs, d’un service de santé et d’une vingtaine de personnes sur le bâtiment base, Pluton, dédié aux missions du GPD. Le Pluton, le bâtiment base des plongeurs démineurs (BBPD) de la Méditerranée est un vecteur cohérent et adapté.


Pendant les deux semaines d’opérations, le GPD a effectué des plongées par 53 mètres de fond et d’une durée de 25 minutes. Le GPD avait à disposition des moyens adaptés à ce type d’opérations tels que des outils d’expertise vidéo, de travaux sous-marins (dévasement..)  et de stockage et transport de munitions.  Ces moyens ont permis la sécurisation de l’épave du point de vue pollution pyrotechnique et ainsi de participer à la  sécurisation des approches maritimes.Les plongeurs ont trouvé 30 munitions italiennes contenant des explosifs. L’épave a ainsi été traitée intégralement et les engins explosifs ont été neutralisés.

Pour qu’une telle mission se déroule sans encombre, le GPD suit un entraînement spécifique tout au long de l’année et conduit des missions régulières de neutralisation d’engins explosifs. Les entrainements intensifs et les compétences techniques spécifiques exigées par cette profondeur supérieure à la normale ont permis le franc succès de cette opération.


L’épave du bâtiment dite « Rondinara » sera contrôlée chaque année lors d’une journée de travail du GPD si les conditions opérationnelles le permettent. Pour le capitaine de corvette Deroide, commandant du GPD, « l’analyse de la réussite de cette mission complexe souligne l’importance de la complémentarité du GPD et du BBPD. Cette complémentarité a permis  un bon déroulement de l’intervention grâce à un travail d’équipe efficace  de ces deux unités. Cette intervention menée à bien a représenté un défi  technique et physique pour chaque plongeur d’armes présent. Ces derniers ont ainsi suivi un entrainement régulier pour se préparer aux conditions de la mission. »