Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

Les moyens matériels Antipollution d'hydrocarbures

22/06/2009
Les moyens matériels Antipollution d'hydrocarbures

Lors d'une pollution par hydrocarbures en Méditerranée, le Préfet maritime déploie en urgence une série de moyens mis à sa disposition. Vedettes de la Gendarmerie maritime, avions des Douanes, bâtiments de la Marine nationale…les moyens proviennent de différentes administrations. Cependant, pour le traitement des pollutions, les principaux moyens utilisés proviennent de la Marine nationale. Pour faire face à ses responsabilités environnementales de lutte anti-pollution, celle-ci s'est dotée d'un organisme spécial, le CEPPOL (Centre d'Expertises pratiques de lutte antipollution).

 

Quelle que soit la nature de la pollution par hydrocarbures, une intervention est toujours menée, après analyse, selon la chronologie suivante :

1. Épandage de dispersants (selon nécessité)

2. Confinement à l'aide de barrages

3. Récupération du produit

 

Restons dans l'exemple d'une pollution par hydrocarbures pour présenter les moyens de lutte dont dispose la Préfecture maritime, entre autre dans le cadre du CEPPOL.

 

Moyens utilisés pour la dispersion

 

-       Dispersion par bateaux : pour des volumes dispersibles importants. Le délai d'intervention est assez long, les limites océanographiques sont rapidement atteintes.

 

Pour cela, sur ordre du préfet maritime, la Marine Nationale envoie un BSAD (Bâtiments de Soutien, d'Assistance et de Dépollution) équipé de rampes d'épandage. Il s'agit d'un bâtiment affrété par la Marine Nationale, il y en a deux pour la Méditerranée. Les BSAD peuvent être assistés par les BSR (Bâtiments de Soutien de Région) de la Marine.

Pour les opérations d'épandage de dispersant, le CEPPOL peut également disposer des Patrouilleurs de Service Public, des Bâtiments Ecoles ainsi que des remorqueurs côtiers de la Marine.

En complément, chaque Base Navale possède des embarcations légères et des semi-rigides.

 

-       Dispersion par aéronefs : pour des volumes dispersibles limités. Le délai d'intervention peut être rapide, la météo est moins influente.

 

Pour cela, la préfecture maritime déploie des hélicoptères type Super Frelon ou des avions type C130 Hercule de l'OSR (coopérative de compagnie pétrolière), munis d'équipements spécialisés qui pulvérisent du produit sur les nappes.

 

Les produits dispersants, dont la nature dépend du type d'hydrocarbure à traiter, sont soit embarqués en soute des bâtiments, soit stockés sur étagère en fûts de 200 litres ou en vrac.

 

-       Brassage mécanique : par rotor d'hélicoptères ou hélices de bateaux

 

-       Brassage naturel : influence des courants ou des vagues.

 

Moyens utilisés pour le confinement

 

Pour le confinement, les acteurs de la lutte antipollution ont recours à des barrages flottants, embarqués sur les affrétés.

Il existe des barrages destinés aux zones côtières ou portuaires et des barrages gonflables hauturiers pour les pollutions en haute mer. Les barrages sont stockés à terre, sur des tourets enrouleurs ou dans des conteneurs.

 

Moyens utilisés pour la récupération des produits

 

Lorsque le produit est confiné, le choix de la méthode de récupération est directement lié aux caractéristiques physico-chimiques de l'hydrocarbure.

 

-       Récupération par écrémage

Dans le cas des hydrocarbures, il y a :

·       Soit les récupérateurs mécaniques

Ils associent un mécanisme d'écrémage en surface de l'eau et une pompe de transfert du produit vers un réservoir. Ils offrent un excellent taux de récupération (jusqu'à 500 m3/h) mais une sélectivité moyenne (40 à 50% d'eau récupérée avec le polluant).

 

·       Soit les récupérateurs oléophiles

Un ou plusieurs éléments oléophiles (brosses, cordes, disques…), maintenus à la surface de l'eau, piègent les huiles pour les déverser dans un bac depuis lequel ils sont pompés vers un réservoir. Ils offrent un taux de récupération moyen (jusqu'à 40 m3/h) mais une excellente sélectivité (moins de 10% d'eau dans les hydrocarbures).

 

-       Récupération par chalutage : 10 unités disponibles en Méditerranée (Seynik, Thomson…)

Les chaluts de surface sont utilisés lorsque la viscosité du polluant est devenue trop importante pour  une récupération par écrémage et pompage. Ces chaluts, développés à partir d'engins de pêche, associent un filet à mailles très fines, à un système de flottaison pour le maintenir en surface. Ils sont installés sur les affrétés. 

 

-       Des épuisettes : ultime solution. 090622AAB