Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

OPERATION SECUMER DANS LES BOUCHES DU RHÔNE

07/08/2013
OPERATION SECUMER DANS LES BOUCHES DU RHÔNE

 

Dans la cadre de la campagne de sécurité menée par les moyens de l’Etat en mer depuis le 1erjuin 2013, sous l’autorité du préfet maritime auprès de tous les usagers de la mer, deux opérations de contrôle ont été réalisées le 11 juillet et le 6 août 2013 dans le périmètre maritime des Bouches-du-Rhône partant du Golfe de Fos, de la Côte Bleue jusqu’à l’étang de Berre.

Ces opérations de contrôle en mer coordonnant la gendarmerie maritime, la gendarmerie départementale de Martigues, les affaires maritimes, les CRS, ou encore la police nationale ont centré leur action essentiellement sur les plaisanciers cette année.

Le responsable du service Mer et Littoral à la DTTM des Bouches-du-Rhône, Cyril VANROYE, chargé d’organiser SECUMER dans les Bouches-du-Rhône précise que : «  les opérations de l’été 2013 se sont articulées autour de deux volets : un volet préventif et éducatif où les unités ont prononcé 37 rappels à la réglementation aux usagers de la mer et un volet répressif où les services de l’Etat ont dressé 48 procès-verbaux sur les 229 contrôles effectués ».

Au terme de cette campagne de sécurité des loisirs nautiques, les indicateurs pour 2013 semblent bons. Les autorités maritimes soulignent l’efficacité de ces opérations. L’an dernier, 170 sanctions administratives ont été prononcées devant la commission de retrait de permis de plaisance basée au siège de la DTTM, rue Zattara (13003 Marseille). Depuis début juin, environ 80 personnes sont convoquées. 

Les contrôles en mer révèlent que les infractions courantes restent les excès de vitesse dans la bande des 300 mètres. Les plaisanciers naviguent souvent trop vite et ne maîtrisent pas toujours leur pilotage au détriment des baigneurs et des autres usagers de la mer. Ensuite, on note une négligence au niveau des équipements de sauvetage. Les équipements sont bien souvent inadaptés, non conformes à la règlementation ou encore vétustes.

La préfecture maritime rappelle qu’ il faut : « être acteur de sa sécurité », notamment en respectant les limitations de vitesse particulièrement dans la bande des 300 m. et, « être acteur de son sauvetage» en se prémunissant d’un matériel de sauvetage adequat en mer.