Téléchargement

Fichiers en téléchargement

Espace Jeune

Tout savoir sur la mer et sur le préfet maritime !

Dossiers

La Posidonie, le poumon de la mer

23/01/2009
La Posidonie, le poumon de la mer

Véritable « forêt sous la mer », l'herbier de posidonies se développe en Méditerranée entre 9°C et 29°C et supporte une concentration en sel comprise entre 33 g et 46 g par litre d'eau. En situation abritée, la posidonie se développe dès les premiers mètres jusqu'à 40 m de profondeur. Contrairement aux algues qui se fixent avec des crampons, la posidonie est une plante marine constituée de racines, de tiges rampantes ou dressées (des rhizomes) et de feuilles. Elle dépense la majorité de son énergie pour se développer et se défendre. C'est pourquoi elle ne fleurit pas chaque année.

Les herbiers constituent un support, un abri, une frayère et une nurserie pour plus de 400 espèces différentes de végétaux et d'animaux. La posidonie est considérée comme une espèce indicatrice de la qualité globale des eaux littorales. Très sensible à la pollution et aux agressions liées aux activités humaines, l'herbier renseigne sur la transparence de l'eau, le taux de sédimentation, la dessalure, la quantité de matière organique et de nutriments.

La Posidonie, source de vie maritime :

- Stabilisateur des fonds marins grâce aux enchevêtrements de tiges

- Producteur d'oxygène libérant environ 14l d'oxygène par jour et par m²

- Indicateur de pollution et de la qualité globale du milieu

- Pôle de biodiversité unique constituant un abri pour de très nombreuses espèces

- Support de vie pour une multitude de petits végétaux et animaux, la posidonie est la base de la chaîne alimentaire

- Protection naturelle contre l'érosion des plages, les banquettes de posidonies amortissent les vagues  

- Producteur d'oxygène libérant environ 14l d'oxygène par jour et par m²

Protéger les herbiers : Les ancrages de bateaux répétés et concentrés sur des secteurs altèrent l'herbier de posidonies et tout ce qu'il abrite. L'ancre dite « Hall » est, d'après une étude, l'ancre qui cause le moins de dommages sur l'herbier. De plus, l'utilisation d'un orin (bouée protectrice) évite de racler le fond lors de la remontée de l'ancre. Cette petite bouée fixée à l'ancre a une double utilité : elle marque la position de l'ancre et permet de la tirer verticalement afin de protéger les fonds marins. 090123IP